dimanche 31 août 2008

Trois fois





Marie-Georges Profonde non contente d'être porteuse d'un pseudo fort aimable, pousse encore cette générosité jusqu'à me taguer afin que je dévoile à toutes et à tous, trois choses qui m'énervent.


1.
Je n'aime pas les femmes voilées et les mecs à papillottes ou porteur de kipa. Pas plus que les robes orange ou les prêtres en tenue de travail dans la rue. C'est un peu comme si Carla Bruni sortait presque nue sur le trottoir. Tous les signes d'aliénation clanique m'horripilent.

2. Les commentateurs sportifs.
Ces gars qui enfermés à deux dans un cagibi à peine plus grand qu'une demie barraque à frites et qui se sentent obligés de nous communiquer leur couinante passion, qui remplissent les mollesses de la rencontre par autant d'hommages émus à l'un ou l'autre des petits enfants malades dont une secrétaire servile et consciencieuse leur a pitché la vie sur une fiche cartonnée, finement quadrillée de bleu et d'un format pratique.
Ils nous rappellent les soixante dernières années de compétition ainsi que toutes les statistiques les plus improbables qui soit : tous les buts du Saint-Etienne de 1978 ont été marqués par des joueurs chaussant du 43.

Mais qu'ils se taisent !

Pourquoi croyez-vous, messieurs, qu'il y ait de la musique autour des artistes patineurs ?

Pourquoi croyez-vous qu'avant que le tireur ne s'élance pour la transformation et tandis que vous racontez quelque insipide anecdote quant au positionnement du ballon sur la pelouse, alors que le joueur écrase l'herbe sous les crampons de son premier pas d'élan, déchirant en profondeur la terre lourde et grasse du stade, pourquoi croyez-vous que la foule entière des fans et des partisans fasse silence ?
[Je dédie cette phrase trop longue à Dorham, toujours absent qui vient de rentrer].

3.
Que la gauche se laisse polluer les eaux claires par des idées qui ne sont pas les siennes.
La reconnaissance d'une économie de marché me pose question. L'esprit de concurrence que cela implique, la “destruction crétrice” que cela suppose ne me semble pas réellement compatible avec une société de partage.
Il m'énerve, dans ses conditions, de continuer à croire au moindre changement possible...

A mon tour de me montrer généreux en tagant, s'il ne l'ont pas encore été : L'extra-ball de Dorham La p'tite dame dont la nudité régulière nous régale Et l'indispensable Irène Delse


_IMAGE_

9 réactionnaires:

Marie-Georges Profonde a dit…

Héhé, je ne regrette pas de vous avoir tagué !
le 3 est pis qu'un énervement pour moi, ça me rend littéralement malade.
Contente de découvrir vos trois tagués.
A bientôt !

Cynique-ta-mere a dit…

De rien Marie-Georges !
Oui, la Gauche malade de la peste, ça fait peur...
:-)

mademoiselle ciguë a dit…

Pour aiguiser votre deuxième exaspération, vous avez vu l'ouverture des JO a Pékin???

Dorham a dit…

Hahaha, quelqu'un a prétexté ne pas souhaiter ne taguer sur ce sujet étant entendu que ce serait trop facile pour moi, qui suis en quelque sorte enervé toute l'année.

Merci,
je m'en charge pour demain.

Zoridae a dit…

En fait tout le monde connait ce blog sauf moi ?

Cynique-ta-mere a dit…

Zoridae : bin tu le connais puisque tu y commentes !

Tiens, Dorham a-t-il oublié son tag ? Je ne me souviens pas qu'il l'ait réalisé !

Didier Goux a dit…

Zoridae : non, moi non plus je ne connaissais pas. Et j'arrive quatre semaines après vous, alors...

Zoridae a dit…

Didier,

Le compteur ne devait pas être à jour ou alors le temps a pris une vitesse inquiétant parce qu'il me semble qu'il n'y a que quelques jours que j'ai posté le précédent commentaire !

Dorham a dit…

Bon...
Ben, ça y est, j'ai honoré le tag, j'ai mis du temps mais c'est fait...